dimanche 15 octobre 2017

Somalie: Au moins 137 morts et 300 blessés dans un attentat à Mogadiscio

Véritable carnage en Somalie. Au moins 137 personnes sont mortes et 300 ont été blessées dans un attentat commis à Mogadiscio, a indiqué la police somalienne lors d’un nouveau bilan.
L’explosion s’est produite devant l’hôtel Safari en plein cœur de la capitale, un établissement populaire qui n’est d’ordinaire pas fréquenté par des responsables gouvernementaux. Habituellement, les islamistes Shebab ciblent plutôt les hôtels dans lesquels résident les responsables officiels.

Un deuil national de trois jours

« C’est une attaque horrible menée par les Shebab sur des civils innocents, qui ne visait pas des responsables gouvernementaux somaliens spécifiques. Cela montre combien ces éléments violents sont sans pitié, pour viser sans distinction des gens innocents qui ne faisaient que s’occuper de leurs affaires », a déclaré le président Farmajo dans un discours télévisé.
>> A lire aussi : Et si on appelait plutôt les Shebab «le groupe qui massacre les Somaliens»?
Le président a visité dimanche matin l’hôpital Erdogan, où les médecins lui ont dit avoir admis 205 patients, dont plus de 100 avec des blessures graves. Il a décrété un deuil national de trois jours, après cet attentat considéré par les Somaliens comme le pire de l’histoire de leur pays.
Cet attentat n’a cependant pas encore été revendiqué. Mais les Shebab, liés à Al-Qaïda, lancent fréquemment des attaques et attentats-suicides dans Mogadiscio et ses environs.
0 c

samedi 7 octobre 2017

Brésil: Huit morts dans une crèche, brûlés vif par le gardien

Sept enfants et une enseignante sont morts dans une crèche au Brésil, après avoir été aspergés d'alcool puis brûlés vifs par le gardien de l'établissement, selon un nouveau bilan de la tragédie annoncé vendredi.
Âgées de quatre ans, Cecilia Davine Dias et Yasmin Medeiros Salvino sont décédées en début d'après-midi, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'hôpital de Montes Claros, où une vingtaine d'enfants ont été transférés.
>> A lire aussi : Brésil: Un baron de la cocaïne aux multiples visages enfin arrêté après 30 ans de traque
Le drame a eu lieu jeudi matin, dans un quartier modeste de Janauba, située à 600 km de Belo Horizonte, la capitale de l'Etat de Minas Gerais (sud-est), quand un gardien de nuit de la crèche a aspergé d'alcool ses jeunes victimes avant de mettre le feu à l'établissement.

Les victimes ont été enterrées vendredi après-midi 

L'homme est lui-même mort brûlé quelques heures plus tard. Selon les autorités locales, il souffrait de «problèmes mentaux» depuis 2014. Au total, sept enfants de quatre ans sont morts, ainsi qu'une enseignante, âgée de 43 ans. L'incendie a également fait une quarantaine de blessés, acheminés dans trois hôpitaux de la région selon la gravité de leur état. Vendredi après-midi, plusieurs dizaines de personnes se sont rendues au cimetière de Janauba pour l'enterrement des victimes.
>> A lire aussi : Brésil: Le président Temer sauve sa tête
Les petits cercueils blancs ont été ouverts le temps de quelques minutes de recueillement, au milieu des sanglots de familles dévastées. «Ce qui s'est passé est inexplicable. Je n'ai pas de mots. Quand j'ai entendu parler de l'incendie à la radio, j'ai tout de suite pensé à mes petits-enfants. J'étais sûr qu'il leur était arrivé quelque chose», a déclaré au site du quotidien Folha de Sao Paulo Antonio Pereira da Silva, 56 ans, qui a enterré sa petite-fille.
La mairie de Janauba a décrété un deuil officiel de sept jours et le président Michel Temer a tenu à exprimer jeudi sa «solidarité envers les victimes de cette tragédie».
Mots-clés :

jeudi 5 octobre 2017

Allemagne: Sept morts dans une tempête

Sept automobilistes ont été tués aujourd'hui par des chutes d'arbres ou de branches dans une tempête qui a balayé le nord et l'est de l'Allemagne et a provoqué une interruption du service ferroviaire. A Hambourg (nord), un arbre s'est effondré sur un véhicule dans lequel se trouvait deux femmes. L'une d'elle a été tuée et l'autre a été transportée à l'hôpital, selon la police locale.
Un routier a également été tué par la chute d'un arbre sur une route nationale à Neu-Karstadt, dans l'Etat régional du Mecklembourg-Poméranie tandis que dans la région du Brandebourg, qui entoure Berlin, le véhicule d'un femme a été percuté par un arbre, tuant la conductrice, selon les autorités locales.
La chute d'une branche sur un pare-brise a également été à l'origine du décès d'un autre automobiliste dans cette région, selon la même source, tandis que deux autres personnes ont péri dans leur véhicule. A Berlin, une automobiliste a également été tuée, ont annoncé les pompiers sur leur compte Twitter.
La capitale allemande comptait également plusieurs blessés, selon un bilan en soirée tandis que les vents commencaient à faiblir. La plupart ont été percutés par des arbres ou des branches tombés sur la chaussée. Près de Brême (nord), une femme a également été grièvement blessée.
Les pompiers placés en état d'alerte
Tous les trains dans le nord du pays ont été immobilisés, en particulier ceux de la ligne entre Hambourg et Berlin, en raison de nombreuses chutes d'arbres sur les voies, selon la compagnie des chemins de fer Deutsche Bahn. Une partie du trafic était également interrompue dans l'est du pays où la tempête Xavier est arrivée en fin d'après-midi.
Les pompiers de la capitale allemande ont été placés en état d'alerte et vers 19h locales (17h00 GMT) avaient déjà effectué 705 interventions, selon l'un de leurs tweets. A Hambourg, les pompiers ont déjà procédé à plus de 800 interventions après avoir appelé les habitants à rester chez eux.
Des vents violents ont soufflé sur le grand port de la mer du Nord en début d'après-midi allant jusqu'à 140 km/h avant de se déplacer vers Berlin et les Etats régionaux de Saxe et Saxe-Anhalt. Les deux aéroports de la ville ont toutefois repris les décollages et atterrissages en fin de journée après une courte interruption
Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/                                               

mardi 19 septembre 2017

Belgique: Un enfant de deux ans meurt étouffé par un babybel

Un enfant de 2 ans originaire de Vilvorde (Belgique) est mort asphyxié après avoir mangé un fromage de la marque Babybel, le 2 septembre dernier, rapporte 7 sur 7. Un baby-sitter gardait le petit garçon et ses deux grands frères au moment du drame.

Les parents ont décidé de débrancher l’appareil respiratoire

L’enfant a avalé de travers un morceau de Babybel qui s’est coincé dans sa gorge, l’empêchant de respirer. Le baby-sitter a immédiatement appelé les secours et a réussi à ranimer l’enfant en les attendant. « Son cœur s’est remis à battre lors du transport vers l’hôpital », ont confié les parents au média belge.
Mais le garçonnet était en état de mort cérébrale. Les parents ont pris, la semaine dernière, la déchirante décision de débrancher l’appareil respiratoire : « Il ne réagissait plus… Les dégâts occasionnés au cerveau étaient trop importants… Il est mort dans mes bras », a raconté le père, bouleversé. En médiatisant ce drame, il veut alerter les autres parents.
>> A lire aussi : Isère: Une petite fille décède un an après avoir avalé une pile au lithium

Déjà deux cas similaires en Belgique

« Ce n’est pas la première fois qu’un enfant s’étouffe en mangeant ce fromage », précise en effet le couple. En Belgique, avant leur garçon, deux autres enfants avaient déjà succombé étouffés par un Babybel. « J’étais au courant, explique sa mère. J’avais lu ces histoires dans la presse. Je faisais d’ailleurs attention à ce qu’il mange des petits morceaux. Et c’est quand même arrivé. »
Frédéric Dufour, le directeur de l’entreprise, a tenu à présenter « toute sa sympathie » aux parents et à la famille après cette nouvelle tragédie, rapporte 7 sur 7. La marque s’est, par ailleurs, engagée à faire figurer un message d’avertissement contre le risque de suffocation sur les emballages de ses produits.
Mots-clés :

dimanche 16 juillet 2017

Huit morts dans un stade de foot à Dakar après un mouvement de foule

Toutes les activités sportives et culturelles ont été suspendues au Sénégal

Les autorités sénégalaises ont suspendu dimanche "toutes les activités sportives ou culturelles" dans le pays jusqu’à la fin de la campagne électorale des législatives après un mouvement de foule mortel dans un stade de Dakar. 
Huit personnes sont mortes, dans cet incident survenu à la suite d’échauffourées entre supporters dans le stade où se déroulait la finale de la Coupe de la Ligue sénégalaise de football.
Une jeune fille figure parmi les victimes, a indiqué le ministre des Sports, Matar Ba.
Au moins 60 personnes ont été blessées dans la bousculade, a ajouté le ministre, qui a promis de "prendre des mesures fortes pour qu’un tel événement ne se reproduise jamais au Sénégal".

Jets de pierres et panique

Le stade Demba-Diop était plein à craquer de spectateurs venus soutenir les deux équipes locales, US Ouakam et le Stade de Mbour, pour cette finale très attendue.
Lors de la période de prolongation, alors que le score était de 2 buts à 1 en faveur du Stade de Mbour, des supporters de l’US Ouakam ont commencé à lancer des pierres sur des fans de Stade de Mbour, causant le départ précipité de spectateurs.
La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les supporters, qui avaient envahi la pelouse, tandis qu’une partie du mur soutenant des gradins où se trouvaient des aficionados des deux camps s’effondrait. La foule a alors été prise de panique et des personnes ont été écrasées dans le mouvement, conduisant au drame.
La campagne pour les législatives du 30 juillet a été suspendue dimanche, en hommage aux victimes, a fait savoir un porte-parole du président Macky Sall. 

A La Unehttp://www.sudouest.fr/